Lamarga

Creer.

In Mis libros on 23 janvier 2009 at 2:00

Hablar como un pájaro  de circo,

despierto en los niños y los crédulos

y negarlo, pero seguir tras él.

Caer como la nave cansada que desciende al mar.

Tejer  palabras. Buscar la brújula, seguir, seguir tras él.

Que el mundo ruede,  se estremezca.

La muchacha de la blancura se esconde

en las piedras de la plaza, en el callejón

tras la mampara…

Desde hace siglos espera,

no la culpes por los ojos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :