Lamarga

Imposible # 4

In Mis libros on 27 janvier 2009 at 6:47

 037

Caricia que hiere las entrañas

de quienes pierden el camino

entre celajes.

 

Yo te abandoné

Partí en el humo de un  Habano,

y soy habitante de un cuerpo

que gravita en el abismo.

 

Fragmento de naranja

en el luminoso día pueda

mi isla navegar sin lastre

los sueños locos.

 

 

 

El juego está

 

       entre la tierra y el agua.

 

La fina división toca un alma

 

desciende el cielo

 

y los pies de la niña son dos veleros

 

    columnas

 

sosteniendo la vida.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :